devlopart.com
 

Histoire de l'art Roman


histoire de l'art
histoire de l'art

Naissance de l'art Roman


C'est en 1818 que l'archéologue Charles de Gerbille a donné ce nom à l'architecture chrétienne d'Occident, du XIème au XIIIème siècle, par allusion à l'architecture romaine dont elle était supposée s'inspirer.
Aujourd'hui le nom roman est réservé à l'art du XIème et XIIIème siècle.

      La paix instauré avec les scandinaves et le sarrasins développe les échanges commerciaux et la vie rurale s'améliore ce qui favorise la croissance démographique et demande la construction de plus de lieu de culte.

      Le christianisme  né dans une Palestine occupée par les romains,  les chrétiens après la mort de jésus   se dispersent autour du bassin méditerranéen et les romains ont apportés avec eux la religion des pays qu'ils occupaient. Ainsi se sont christianisé la Grèce, l'Arménie,l'Egypte,l'Italie, la France, l'Espagne, et plus tard le Danemark ,l'Irlande , l'Angleterre, la Suède et le Norvège ainsi que l'Europe centrale.

      A l'approche de l'an mille on redoute la fin des temps et, la peur de la colère divine anime les hommes du feu de la foi, le développement des villes et enrichissement par le commerce provoquent la floraison de nouveaux édifices religieux .
A cette époque tout le monde a la bougeotte et les pèlerinages favorise la construction des églises romane qui viennent ponctuer l'itinéraire des pèlerins, l'art roman est partout.

      Pour les chrétiens dont la religion n'a pas été autorisée par les romains, lorsque le temps est venue d'exprimer leur art au grand jour ils veulent le faire d'une manière qui lui est propre et c'est dans un monde encore très romanisé  que né l'art roman, progressivement et simultanément en France, Italie,  Allemagne et en Espagne.

      L'art roman débute en Lombardie, les maître d'oeuvre de Cume travaillant sur différents chantiers, il s'est étendu sur les régions voisines.

      D'abord avec des églises de petites dimensions et de plan très simple construites en pierre cassées, de différentes régions, d'un aspect robuste, sévère et peu décorées, la présence de voûtes en pierre, des ouvertures en forme arrondie, des clochers carrés ou polygonaux peu pointus carractèrisent l'architecture romane.

      C'est en France que l'on commence à décorer de sculptures les églises, décor plus symbolique que décoratif d'ailleurs, car tout ce qui se trouve dans l'église a une fonction en rapport avec les enseignements religieux et l'artiste, loin de vouloir représenter les choses telle qu'elle nous apparaissent, combine les symboles et adapte les formes pour exprimer les mystères transmis dans les saintes écritures, quant a la couleur il agit de façon identique ainsi, il arrive a signifier effectivement le surnaturel .



Un art fonctionnel


Les matériaux utilisé sont ceux des carrières les plus proches et on dépouille volontairement les "militaires" ( bornes) des voies romaines pour en faire un linteau de porte ou des fondations.

      Ainsi en Auvergne les églises sont de pierre volcanique, en Roussillon elle sont en schiste, parées de marbre rose des carrières de Prades, à Toulouse une fois épuisées le carrières alentour ont construit en briques roses, en Languedoc méditerranéen les églises de bord de mer sont bâties en calcaire coquillier.

      La forme des chevets, l'emplacement des clochers, la composition des façades, tout concourt à donner un caractère particulier aux églises romanes de chaque terroir,  les portails du Sud-Ouest de la France sont à voussures( arcs concentriques en retrait les uns par rapport aux autres au dessus d'un portail ou d'une fenêtre ) tandis que ceux du Nord-ouest, le Centre et le Sud-Est sont à tympans, les clochers couvert d'écaille de poisson se trouvent en Poitou et Saintonge.

      Le chevet de l'église ( partie extrême de la nef assimilée à la partie supérieur de la croix où reposait la tête du Christ ) regarde vers le levant, car c'est de là qu'est venue la lumière.

      Du narthex sombre( galerie ou porche intérieur placé à l'entrée ) où ce tient les fidèle dans l'attente de la révélation, il abrite aussi ceux qui n'ont pas reçu le baptême et ceux qui n'ont pas le droit de pénétrer dans l'église pratiquant des métiers interdits, vers le choeur inondé de lumière et où converge tous les regards, c'est la marche des ténèbres vers la lumière.

      Le Nord est frappé de malédiction c'est pourquoi il n'a aucune ouverture, monstres, diables, péchés, sont représentés de préférence coté Nord.

      La nef et les collatéraux se multiplient et s'agrandissent pour recevoir le plus grand nombre.
Le déambulatoire facilite la circulation autour de l'autel et des reliques.
Les lanternons, de chaque coté du portail, portent parfois  des lumières pour guider les la marche des pèlerins

      Les Cryptes véritable église souterraine reçoivent les saintes reliques elles font la relation entre le monde des morts et celui des vivants
Le clocher se voit de partout et attire l'attention des chrétiens appelle à la prière

      L'art roman utilise la sculpture en méplat, en bas relief ou en haut relief avec laquelle elle figure des signes ou symbole la plupart du temps en rapport avec les choses sacrées on y voit des anges, des diables mais aussi tout un monde du quotidien d'acrobates et d'amoureux entrelacés, de lapins, de loups, de chouettes ou de vaches.

      L'art roman refuse la ronde bosse elle a fait choix d'une sculpture architecturale et ornementale. 



Une horreur du vide


L'église romanes à peu d'ouverture et aucun arc-boutant( maçonnerie en forme d'arc qui soutient un mur en s'y appuyant de l'extérieur ), s'y trouve aussi la présence constante, à l'intérieure comme à l'extérieure, d'un arc en plein cintre ( arc fait d'un demi cercle ), l'art roman aime les courbes, mais également la présence d'arc brisé et d'arc outrepassé( fait plus d'un demi cercle ). Elle est immédiatement lisible dans toute ses parties, chaque élément architectural ou décoratif correspond à son développement intérieur .

      La décoration sculptée obéissant aux loi fondamentales "l'horreur du vide"  l'oblige a remplir toutes les surfaces utilisables dés qu'il trouve un espace vide il ne peut s'empêcher d'y mettre une fleur, une étoile ou autre, par excès,  cette horreur du vide finira par surcharger l'architecture et ira vers la décadence de l'art roman pour aller vers le Baroque.


histoire de l'art
histoire de l'art